Fwd: [CNRS Presse] CNRS : Synthèse de presse – 15 octobre 2020

POLITIQUE DE LA RECHERCHE

ET AUSSI…

 

 

Lancement de XL-Chem en Normandie

Ce jeudi, à Caen, les universités de Normandie lancent XL-Chem, une nouvelle école universitaire en recherche, spécialisée en chimie moléculaire. Ce lancement est réalisé en partenariat avec le CNRS et les écoles d’ingénieurs Insa et ENSI Caen. L’objectif est de faire de la région un lieu de recherche et de formation européen majeur en matière de chimie moléculaire.

Paris Normandie, 15/10 – Temps de lecture : 1 min

 

 

 

« Nous vivons une période palpitante pour l’astrophysique »

Françoise Combes

Pourlascience.com, 14/10 – 24 min

 

Des nouvelles des astres

Françoise Combes, Jean-Pierre Luminet

Franceculture.fr, 14/10 – 41 min

 

La vie dans l'univers

François Forget

Franceinter.fr, 14/10 – 16 min

 

La méthode scientifique n’est pas soluble dans l’urgence

Liberation.fr, 14/10

 

L'Etat est-il une illusion ?

Etienne Ollion

Franceculture.fr, 14/10 – 58 min

 

Aux Etats-Unis, la science se retrouve en zone sinistrée

Michel Dubois

Letemps.ch, 14/10 – 7 min

 

5G : « Ne compter que sur la technologie est aussi dangereux que de rompre avec elle »

Olivier Rey

Le Figaro, 15/10 – 9 min

 

« Des ‘je’ provocateurs se protègent derrière la distinction entre auteur et narrateur »

Gisèle Sapiro

Libération, 15/10 – 6 min

 

De #MeToo à #MusicToo : « Tous les milieux sont confrontés à leur propre silence »

Marc Crépon

Lesinrocks.com, 14/10 – 13 min

 

Les microplastiques, c'est pas fantastique !

Alexandra Ter Halle, Jean-François Ghiglione

Franceculture.fr, 14/10 – 59 min

 

L'OM étudie les fumis

Bernard Porterie, Yannick Pizzo

Laprovence.com, 15/10 – 6 min

 

Rénovation énergétique : « La création de mercuriales pourrait représenter une avancée significative »

Antoine Missemer, Philippe Quirion

Lemonde.fr, 15/10 – 5 min

 

La mécanique des fluides visible avec la simulation

Les Echos, 15/10 – 2 min

 

ACTUALITE DES LABORATOIRES

 

 

Covid-19 : couvre-feu, exemple de la Guyane, perte d’odorat, analyse épidémiologique en Inde

Pour contenir la seconde vague de Covid-19, le président Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir un couvre-feu en Ile-de-France et dans huit métropoles, de 21 heures à 6 heures du matin, à partir de samedi à minuit, pour quatre, voire six semaines. « Le couvre-feu est une mesure pertinente pour réduire la circulation du virus », a-t-il justifié. La Croix analyse l’emploi du mot « couvre-feu » par le chef de l’Etat. Emmanuel Macron « a toujours choisi, en particulier sur la crise sanitaire, une communication très forte à travers des récits autour d’un angle fort : la guerre, la résistance, la science. Comme on le voit aussi sur le séparatisme, il n’a pas peur des mots », relève Isabelle Veyrat-Masson. « Pour les Français, le mot couvre-feu fait surtout référence à la seconde guerre mondiale. Il s’agit toujours de surveiller les gens, de restreindre les libertés afin d’empêcher qu’ils circulent et se retrouvent », poursuit la spécialiste de la communication politique.

Sud Ouest rappelle qu’en Guyane, un couvre-feu est en vigueur depuis le mois de mars. Selon une étude publiée le 12 octobre, cette mesure a permis de limiter la circulation du virus. Le taux de reproduction de base du virus (R0) est en effet passé de 1,78 autour du 20 mai à 1,14 au 15 juin, ce qui a permis d’éviter une trop grande pression sur les structures hospitalières de la région. Le 13 octobre, seuls 12 nouveaux cas étaient enregistrés en Guyane. RFI a invité Carine Milcent, économiste, et Anne-Marie Moulin, médecin et philosophe, à débattre de l’efficacité de la gestion de la crise sanitaire dans les autres pays touchés par la résurgence de la pandémie.

Sciences et Avenir présente une étude, publiée mercredi dans Nature Communications, qui propose de prendre la perte d’odorat comme nouvel indicateur de l’évolution de la propagation du virus. « Nous avons remarqué que les gens qui répondaient et déclaraient avoir perdu l'odorat venaient majoritairement des zones les plus touchées par l'épidémie. Plus surprenant encore, il y avait une forte corrélation entre le nombre de participants ayant répondu [au sondage mis en ligne] et le nombre de patients admis en réanimation dans une région donnée ! », révèle Denis Pierron, anthropologue et premier auteur de l'étude.

De son côté, France Culture s’intéresse à une analyse épidémiologique sur le Covid-19 en Inde, qui est récemment parue dans la revue Science. La station de radio diffuse à ce sujet un entretien avec Florence Debarre, modélisatrice en écologie et évolution.

La-croix.com, 14/10 – 3 min

Sudouest.fr, 14/10 – 4 min

Rfi.fr, 14/10 – 30 min

Sciencesetavenir.fr, 14/10 – 4 min

Franceculture.fr, 14/10 – 5 min

 

1,8 milliard d’arbres isolés dans l’ouest du Sahara et au Sahel

Une équipe internationale de chercheurs a quantifié le nombre d’arbres isolés peuplant l’ouest du Sahara, le Sahel et la zone soudanienne. Le résultat, 1,8 milliard, dépasse amplement les attentes des scientifiques. Un arbre est un important puits de carbone. « Or, peu d'études ont été réalisées sur ces arbres isolés, on ne sait pas quelle quantité de carbone ils peuvent stocker », explique Jérôme Chave, chercheur en écologie tropicale, qui a participé à ces travaux. L’étude a été publiée le 14 octobre dans la revue Nature.

Sciencesetavenir.fr, 14/10 – 3 min

CNRS, 14/10

 

Innovation dans la cartographie des plantes aquatiques

Grâce à des images satellites à très haute résolution spatiale associées à des algorithmes d’apprentissage automatique, des chercheurs ont réussi à mesurer le taux de recouvrement des herbiers dans un cours d'eau. Cette découverte pourrait permettre une meilleure gestion des milieux aquatiques. Ces travaux viennent d’être publiés dans la revue Water Research.

Techniques-ingenieur.fr, 14/10 – 4 min

 

 

 

INNOVATION

 

 

Le Cigref mise sur le collectif

A l’occasion de ses 50 ans, mardi, le Cigref a diffusé son assemblée générale publique en live. L’association de grandes entreprises et d’administrations publiques françaises a indiqué préparer un « pacte numérique » avec ses partenaires du Syntec Numérique, du Syntec Conseil et de Tech in France pour accompagner la relance économique. Antoine Petit, PDG du CNRS, a pris la parole pour insister sur le manque de communication entre la recherche académique et le secteur privé : « Venez nous voir ! Au CNRS, on crée aujourd'hui entre 80 et 100 startups, mais je pense qu'il faut aller encore plus loin. » Antoine Petit a également souligné la nécessité de travailler à l’échelle du monde, sans « miradors en France ».

ZDNet.fr, 14/10 – 4 min

 

 

 

 

 

 

Cette synthèse de presse résume des articles mentionnant des chercheurs ou des laboratoires du CNRS et elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue du CNRS.

Les articles ne peuvent être fournis pour raison de droits d’auteurs.

Ni Kantar ni le CNRS ne sauraient être tenus pour responsables de l’exactitude, de la qualité, de la précision et de la tonalité des informations et des commentaires présentés. L’ensemble du contenu de la synthèse de presse est la propriété exclusive du CNRS. Toute diffusion externe au CNRS sous quelque forme que ce soit est soumise à autorisation de la part du CNRS.

 

Pour vous abonner ou vous désabonner.

(Authentification Janus requise)

 

 

 

 

Kantar Disclaimer