Fwd: [CNRS Presse] CNRS : Synthèse de presse – 17 juin 2019

ACTUALITE DES LABORATOIRES

ET AUSSI…

 

Le réchauffement climatique peut-il conduire à la fin du monde en 2050 ?

Selon une étude du think tank australien Breakthrough-National Centre for Climate Restoration, il existe une forte probabilité pour que notre civilisation s’éteigne en 2050 si rien n'est fait pour freiner le dérèglement climatique. Les auteurs de l'étude ont choisi de retenir les conséquences les plus graves du réchauffement de la planète. Mais ce scénario apocalyptique est relativisé par plusieurs climatologues. Ainsi, pour Joël Savarino, les auteurs ont poussé les probabilités à l'extrême : ils ont retenu les probabilités les plus faibles avec les conséquences les plus importantes. De même, pour Frédéric Parrenin, une hausse des températures de 3°C d'ici à 2050 est une projection assez extrême, plutôt envisageable d’ici à 2100 si les engagements pris à Paris en 2015 sont suivis. Toutefois, le scénario extrêmement pessimiste de l’étude australienne ne peut pas être totalement exclu, estiment les experts. Parmi les conséquences du réchauffement climatique, les chercheurs australiens citent une multiplication des conflits, en raison d’un défaut de nourriture. Joël Savarino rappelle qu’en France, 3 % seulement de la population active travaille dans l’agriculture, ce qui signifie qu’une majorité de 97 % est incapable de se nourrir seule. Face à l’urgence de la situation, les auteurs de l’étude plaident pour une « mobilisation mondiale massive ». Frédéric Parrenin juge également nécessaires une vraie solidarité et une véritable politique internationale.

Francetvinfo.fr, 17/06 Temps de lecture 9 min

 

Les odeurs explorées par les neurosciences

L’odorat est de plus en plus reconnu dans le domaine de la psychothérapie. Alors que l’on a longtemps pensé qu’il nous rapprochait de l’animal, l’on sait aujourd’hui qu’il exerce une influence sur la vie émotionnelle et même qu’il est susceptible de développer l’intelligence. Hirac Gurden se félicite que des études établissent désormais des liens entre l’exposition à certaines odeurs et des réactions inconscientes du système neurovégétatif, mais aussi que des électroencéphalogrammes montrent des signaux électriques amplifiés ou diminués selon les odeurs. Selon lui, ces découvertes entérinent des pratiques traditionnelles, un savoir naturaliste et populaire qu’on retrouve autant dans l’Égypte ancienne qu’à Grasse. Mais les expériences sont encore trop disparates, déplore-t-il. Par exemple, les études ne trouvent pas toujours de liens entre les réactions physiologiques et ce qu’en disent les témoins. Il considère que la stimulation olfactive devrait faire l’objet d’un réel apprentissage.

Lefigaro.fr, 16/06 – 6 min

 

Salon du Bourget 2019 : la nouvelle course à la Lune

Avec l’abandon des navettes spatiales américaines en 2011 et l’absence de débouchés commerciaux pour les lanceurs géants, aucune fusée institutionnelle de très grande capacité n’a revolé. Isabelle Sourbès-Verger explique que, pour l’heure, le seul intérêt d’un lanceur lourd reste d’envoyer des êtres humains au-delà de l’orbite terrestre. Or, comme Mars reste inatteignable, la Lune revient à la mode. Ainsi, la Chine a lancé un programme pour y envoyer un premier taïkonaute en 2036. Le président américain, Donald Trump, a quant à lui exprimé le souhait de voir une femme sur la Lune dès 2024.

Le Figaro, 17/06 – 4 min

 

La vérité sur les sacs en plastique biodégradable

Vincent Verney apporte des explications sur les sacs plastiques présentés comme étant biodégradables. Il souligne que « biosourcé » ne signifie pas « biodégradable ». Le plastique biosourcé est un plastique qui est composé au moins de 40 % de carbone renouvelable, précise-t-il. Vincent Verney avertit par ailleurs qu’un sac biodégradable ne se dégrade que dans un milieu contrôlé : s’il atteint la rivière et la mer, il ne se dégradera pas.

La Montagne, 17/06 – 2 min

 

Nantes : une avancée majeure dans le stockage de l’énergie électrique

Une étude publiée dans la revue Advanced Energy Materials présente une solution permettant de favoriser le développement à bas coût de « supercondensateurs à ions lithium » pour stocker l’énergie électrique. Une commercialisation prochaine peut être envisagée, estiment les chercheurs de l’Institut des matériaux Jean Rouxel, qui ont réalisé leurs travaux en collaboration avec le Münster Electrochemical Energy Technology.

Presse Océan, 17/06 – 1 min

CNRS, 06/06

 

Une canne électronique pour les aveugles

Aziz Zogaghi a été invité jeudi par la Fédération des aveugles du Val de Loire pour présenter la canne électronique « Tom Pouce ». Grâce à un boîtier attenant, muni de capteurs infrarouges et lasers, cette canne peut détecter les objets jusqu'à six mètres et vibrer lorsqu'il y a un obstacle.

La République du Centre, 17/06 – 1 min

 

Du tissu adipeux humain reproduit en laboratoire

Une équipe toulousaine du STROMAlab a créé des cultures de cellules mimant le tissu adipeux humain. Ces organoïdes sont obtenus en utilisant les techniques récentes de culture en 3D.

Ouest France, 17/06 – 1 min

CNRS, 14/06

 

Hong Kong « Les gens veulent le retrait absolu de cette loi »

Jean Philippe Béjat 

Rfi.fr, 16/06 – 1 min

 

La technologie derrière le bitcoin menace un métier de la finance, explique un chercheur du CNRS qui étudie les crypto-monnaies

Julien Prat

Yalayolo.co, 16/06 – 2 min

 

DANS LA PRESSE PRO

 

Les scénaristes de la télévision française confrontés à plus de précarité

Maxime Besenval

La Correspondance de la Presse, 17/06 – 4 min

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette synthèse de presse résume des articles mentionnant des chercheurs ou des laboratoires du CNRS et elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue du CNRS.

Les articles ne peuvent être fournis pour raison de droits d’auteurs.

Ni Kantar Media ni le CNRS ne sauraient être tenus pour responsables de l’exactitude, de la qualité, de la précision et de la tonalité des informations et des commentaires présentés. L’ensemble du contenu de la synthèse de presse est la propriété exclusive du CNRS. Toute diffusion externe au CNRS sous quelque forme que ce soit est soumise à autorisation de la part du CNRS.

 

 

 

 

Kantar Disclaimer