Fwd: [CNRS Presse] CNRS : Synthèse de presse – 19 mars 2020


 

ACTUALITE DES LABORATOIRES

ET AUSSI…

 

 

Freiner l’épidémie de coronavirus

En France, le nombre de cas d’infections au Covid-19 double désormais tous les trois jours. Le Point explique que l’épidémie se propage très rapidement parce que notre organisme manque d’anticorps pour contrer l’attaque de ce virus émergent, totalement inconnu de nos systèmes immunitaires. « On considère que la population est ‘naïve’, car les autres coronavirus saisonniers que l'on rencontre sont trop différents pour que leurs anticorps neutralisants soient efficaces sur celui-ci », précise le chercheur Jean Dubuisson.

Sud-Ouest souligne l’enjeu des prochaines semaines : infléchir la courbe de propagation de l’épidémie avant que les systèmes de santé n’explosent et que le nombre de morts ne monte en flèche. Le quotidien régional reprend les explications de Jean-Stéphane Dhersin et Arnaud Banos sur les facteurs qui ont contribué à une évolution exponentielle de l’épidémie. Les deux chercheurs insistent ensuite sur la nécessité de « ne pas relâcher la stratégie de confinement trop tôt ou d’un seul coup », afin d’éviter un éventuel retour de l’épidémie. Le confinement de 15 jours ne sera « probablement pas suffisant », estime Arnaud Banos, cité par L’Express. Jean-Stéphane Dhersin, également cité par L’Express, rappelle que le « taux de reproduction de base (R0) est estimé pour le moment à 2,5 pour le Covid-19, ce qui est beaucoup ».

CNews reprend les explications apportées mardi par Patrick Mavingui dans Le Figaro, lequel s’interrogeait sur la possibilité d’une réinfection. Un facteur déterminant réside dans le nombre de souches d'un virus. Dans le cas du Covid-19, deux souches différentes existeraient. La guérison de la première pourrait ne pas protéger de la seconde, comme « c’est le cas pour le virus de la dengue, qui possède quatre types différents et dont l'une des souches ne protège pas l'autre », indiquait le chercheur.

Le Figaro s’intéresse aujourd’hui aux projets de vaccins contre le coronavirus. Une trentaine de candidats vaccins sont actuellement élaborés dans le monde. Etant donné la vitesse de propagation du virus, il s’agit d’une véritable course. Mais les laboratoires ne peuvent pas brûler les étapes puisqu’il faut s'assurer de l'innocuité et de l'efficacité du produit avant toute mise sur le marché. « Il faut compter a minima deux ans », estime Etienne Declory.

Dans L’Express, plusieurs chercheurs remettent la pandémie actuelle de coronavirus en perspective sur le plan historique afin de considérer la situation de manière rationnelle, et ainsi de freiner les peurs. Anne-Marie Moulin, médecin et philosophe des sciences, énumère plusieurs « désastres sanitaires » qui ont causé des milliers de morts : le sida, la canicule de 2003, la grippe en 2017… Le sociologue Hugues Lagrange souligne lui aussi le traumatisme provoqué par le VIH, ainsi que les maladies infectieuses sévissant loin de l’Occident, telles que la tuberculose et la malaria, qui totalisent des millions de victimes.

Marianne a interrogé Claude Quétel sur la possibilité d’une pénurie alimentaire et bancaire. De nombreux Français se sont en effet rués sur les denrées alimentaires, causant ainsi une pénurie pour certains produits. « On peut alors parler de prophétie autoréalisatrice. Le manque n'est pas un vrai manque. C'est un faux manque provoqué par la panique », analyse le psycho-historien.

L’Humanité Dimanche publie un entretien avec Bruno Canard, qui indique que les travaux sur les virus à ARN (acide ribonucléique), dont font partie les coronavirus, ont été quasi abandonnés en raison de la baisse drastique des financements attribués à la recherche depuis plus de 10 ans.

Le sociologue Jean Viard est l’un des invités de l’émission « Grand bien vous fasse », sur France Inter, consacrée à la manière dont cette crise sanitaire peut changer la société.

Par ailleurs, une vidéo circule sur les réseaux sociaux, selon laquelle le virus SARS-Cov 2, à l’origine de la maladie Covid-19, aurait été créé « en laboratoire par les Français » et « breveté ». Le Huffington Post, France Inter, Ouest-France et RTL indiquent que cette rumeur fait également mention des chercheurs du CNRS et de l'Inserm. Il s’agit bien entendu d’une fausse information, probablement née de la mauvaise compréhension du fascicule de brevet européen (EP 1 694 829 B1).

Le Point, 19/03 – Temps de lecture : 9 min

Sudouest.fr, 18/03 – 5 min

L’Express, 19/03 – 3 min

Lexpress.fr, 19/03 – 4 min

Cnews.fr, 18/03 – 3 min

Le Figaro, 19/03 – 4 min

Lexpress.fr, 18/03 – 4 min

Marianne.net, 18/03 – 5 min

L’Humanité Dimanche, 19/03 – 5 min

Franceinter.fr, 19/03 – 111 min

Huffingtonpost.fr, 18/03 – 7 min

Franceinter.fr, 18/03 – 5 min

Ouest-france.fr, 18/03 – 2 min

Rtl.be, 18/03 – 4 min

 

 

 

Banquise, et pourtant elle fond

Jean-Claude Gascard, Jérôme Weiss

Franceculture.fr, 18/03 – 58 min

 

Les performances de chaque lycée passées à la loupe

Agnès Van Zanten

La-croix.com, 18/03 – 3 min

 

Physique : le secret des bombes à eau percé

Christophe Josserand

Lemonde.fr, 18/03 – 3 min

 

Un « petit trou d'ozone » découvert au pôle Nord

Cathy Clerbaux

Liberation.fr, 18/03 – 2 min

 

Jeûne intermittent. Enfin la clé de la minceur ?

Etienne Challet

Que Choisir, 01/04 – 8 min

 

« Tout élève doit pouvoir accéder à une formation mathématique adaptée et rigoureuse »

Emmanuel Royer

Letudiant.fr, 16/03

 

 

DANS LA PRESSE PRO

 

Le CNRS et le CSTB, partenaires pleins de peps

Le Moniteur, 20/03 – 1 min

 

 

 

 

 

 

Cette synthèse de presse résume des articles mentionnant des chercheurs ou des laboratoires du CNRS et elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue du CNRS.

Les articles ne peuvent être fournis pour raison de droits d’auteurs.

Ni Kantar ni le CNRS ne sauraient être tenus pour responsables de l’exactitude, de la qualité, de la précision et de la tonalité des informations et des commentaires présentés. L’ensemble du contenu de la synthèse de presse est la propriété exclusive du CNRS. Toute diffusion externe au CNRS sous quelque forme que ce soit est soumise à autorisation de la part du CNRS.

 

Pour vous abonner ou vous désabonner.

(Authentification Janus requise)

 

 

 

 

Kantar Disclaimer