Fwd: [CNRS Presse] CNRS : Synthèse de presse – 20 avril 2021


POLITIQUE DE LA RECHERCHE

ET AUSSI…

 

 

Recherche : la France pénalisée par une suradministration

Dans la lignée des travaux préparatoires à la loi de programmation de la recherche 2021-2030, les académies de médecine et de pharmacie viennent de publier un rapport sur l’état de la recherche en sciences biologiques et en santé. Davantage que le manque de moyens, elles dénoncent la suradministration hexagonale, jugée en partie responsable de la fuite des cerveaux à l’étranger. A défaut d’une réforme, la France continuera de régresser « avec toutes les conséquences negatives sur le système de santé, sur la prévention et sur l’innovation thérapeutique et instrumentale » que cela peut engendrer.

L’Opinion, 20/04 – Temps de lecture : 3 min

 

 

 

Les « États généraux de la laïcité » s'ouvrent-ils au plus mauvais des moments ?

Patrick Weil

Huffingtonpost.fr, 19/04 – 4 min

Lepoint.fr, 19/04 – 11 min

 

Les blobs, étonnants compagnons de Thomas Pesquet à bord de l'ISS

Audrey Dussutour

France24.com, 20/04 – 7 min

 

Loi climat : contre l'artificialisation des sols, une ville plus dense et plus verte

Béatrice Bechet

Challenges.fr, 19/04 – 5 min

 

Quelles sont ces trois technos de géoingénierie solaire auxquelles s'intéressent les Etats-Unis ?

Olivier Boucher

Usinenouvelle.com, 19/04 – 6 min

 

Business. Le football européen au bord de l’implosion

Luc Arrondel

L’Humanité, 20/04 – 6 min

 

Les espèces exotiques envahissantes : un fléau planétaire

Franck Courchamp

Lesechos.fr, 19/04 – 5 min

 

Décryptage : de la lecture à la parole intérieure

Fanny Meunier, Hélène Lœvenbruck

Futura-sciences.com, 20/04 – 8 min

 

Faut-il réinventer l'éducation des garçons ?

Christine Castelain-Meunier

Franceculture.fr, 19/04 – 57 min

 

Artistes et chercheurs s’emparent du sauvage

Virginie Maris, François-Michel Le Tourneau

Le Monde, 20/04 – 5 min

 

Télévision. Disparu dans un nuage

Jean-Marie Brom

L’Humanité, 20/04 – 2 min

 

 

 

 

ACTUALITE DES LABORATOIRES

 

 

Covid-19 : mutations virales, variant indien, vaccin Astra-Zeneca, masque Bioserenity

Le Figaro explique en détail comment le SARS-CoV-2 parvient à muter selon un processus naturel qui lui permet de durer dans le temps. « Si le virus ne mutait pas, il serait à la merci de se faire éliminer très rapidement, souligne Bruno Canard. Inversement, s’il mute trop, il risque de créer trop de copies imparfaites incapables de se répliquer à leur tour. Il existe un optimum en fonction de la longueur de son génome. » Les effets à longue distance des mutations observées sont à ce jour mal compris, ajoute le virologue.

En Inde, la nouvelle flambée de Covid-19 pourrait être due au variant nommé B.1.617, qui comporte deux mutations déjà connues. « Certaines des mutations qu’il porte ont été décrites dans d’autres lignées de variants et pourraient être associées à une contagiosité plus élevée voire à un échappement immunitaire », détaille Samuel Alizon, cité par Le Huffington Post. « Plus on laisse le virus circuler, plus on laisse la porte ouverte à l’évolution virale », alerte le chercheur.

Aujourd’hui en France interroge des experts sur les moyens de rétablir la confiance dans le vaccin d’Astra-Zeneca, qui reste considéré comme efficace par les autorités de santé et qui demeure une composante clé de la stratégie française de lutte contre le virus. Pour Jeremy Ward, il faut privilégier les centres de vaccination locaux, car « ce sont vraiment les médecins ou professionnels de santé » de proximité qui peuvent réussir à convaincre la population.

Techniques de l’Ingénieur consacre un article à la start-up Bioserenity, qui, grâce à une collaboration avec des chercheurs, a réussi à industrialiser une nouvelle technologie pour décontaminer les masques à partir d'une molécule-cage appelée la cyclodextrine.

Par ailleurs, L’Express se fait l’écho des arguments de plusieurs chercheurs regroupés autour d’Etienne Decroly, qui refusent d’écarter l’hypothèse d’une contamination au SARS-CoV-2 impliquant le laboratoire de virologie de Wuhan, en Chine, où les premiers cas de Covid-19 sont apparus. France Bleu présente l’étude réalisée au printemps 2020, selon laquelle il existe un lien entre une pollution atmosphérique élevée et la propagation de la Covid-19. Enfin, France Info indique que se faire tester devrait devenir de plus en plus facile grâce au dispositif actuellement expérimenté à Lyon dans le cadre du projet CovidAir.

Le Figaro, 20/04 – 7 min

Huffingtonpost.fr, 19/04 – 5 min

Aujourd’hui en France, 20/04 – 3 min

Techniques-ingenieur.fr, 19/04 – 4 min

Lexpress.fr, 20/04 – 8 min

Francebleu.fr, 20/04 – 2 min

France 3 Régions, 19/04 – 4 min

 

Un nouvel exploit sur Mars

Lundi, Ingenuity, le mini-hélicoptère de la Nasa, s'est élevé de quelques mètres au-dessus du sol de la planète rouge. Dans 20 Minutes, Pernelle Bernardi souligne qu’il s’agit d’une première. « La pression atmosphérique y est 100 fois moins dense que sur Terre. Pour qu'un hélicoptère puisse s'élever dans l'air martien, il faut adapter les pales de ce dernier et les faire tourner beaucoup plus vite », explique-t-elle. Sur France Inter, Sylvestre Maurice, ajoute qu’« il a fallu développer un drone exprès pour Mars ! Ce petit engin, c'est un précurseur. On attend de lui de faire cinq vols et de prendre des images qui vont guider Perserverance. Mais il ouvre surtout la voie à des porteurs plus lourds, qui nous permettront d'aller dans des endroits qu'on ne peut pas facilement atteindre ». William Rapin rappelle que l’électronique d’Ingenuity est « fragile pour l'environnement radiatif qu'elle affronte ». Sur LCI, François Forget décrit les conditions difficiles de vol : « La nuit est extrêmement froide, donc on vole en début d'après-midi. Et sur Mars, en début d'après-midi, il y a beaucoup de chaleur, de

turbulence, de convections, ce qui fait qu’il y a des rafales de vent. »

20 Minutes, 20/04 – 3 min

Franceinter.fr, 19/04 – 5 min

Bfmtv.com, 19/04 – 4 min

Lci.fr, 19/04 – 2 min

 

Une meilleure connaissance de la vision des poissons

Une étude française, publiée le 9 avril dans Science, vient renverser un dogme en vigueur sur la forme de vision en 3D des poissons anciens. Cette forme « n’a pas été inventée lors de la sortie des eaux. Elle existait déjà chez un ancêtre poisson qui vivait il y a 450 millions d’années – soit 100 millions d’années plus tôt qu’on ne le pensait », affirme Alain Chédotal, qui a coordonné ce travail avec Filippo Del Bene.

Lemonde.fr, 19/04 – 7 min

 

 

 

INNOVATION

 

 

Moustik, basé sur le biomimétisme

Le laboratoire ChimEco du CNRS a mis au point un répulsif antimoustique 100 % naturel, qui doit son efficacité à son principe inspiré du mode de communication des insectes. « Nous avons mimé le système réceptif du moustique qui possède plusieurs récepteurs et n'est pas sensible à une molécule unique, mais à des bouquets de senteurs », explique Claude Grison.

Les Echos, 20/04 – 1 min

 

 

 

 

 

Cette synthèse de presse résume des articles mentionnant des chercheurs ou des laboratoires du CNRS et elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue du CNRS.

Les articles ne peuvent être fournis pour raison de droits d’auteurs.

Ni Kantar ni le CNRS ne sauraient être tenus pour responsables de l’exactitude, de la qualité, de la précision et de la tonalité des informations et des commentaires présentés. L’ensemble du contenu de la synthèse de presse est la propriété exclusive du CNRS. Toute diffusion externe au CNRS sous quelque forme que ce soit est soumise à autorisation de la part du CNRS.

 

Pour vous abonner ou vous désabonner.

(Authentification Janus requise)

 

 

 

 

Kantar Disclaimer