Fwd: [CNRS Presse] CNRS : Synthèse de presse – 25 juin 2020

POLITIQUE DE LA RECHERCHE

ET AUSSI…

 

 

Recherche : des obstacles administratifs

Les laboratoires passent de nombreuses heures à identifier les structures susceptibles de financer leurs recherches, puis à effectuer les démarches nécessaires. Par exemple, Bruno Canard, spécialiste des coronavirus, a dû constituer un dossier de 458 pages pour recevoir un financement pour sa recherche sur le Covid-19. Il lui a aussi fallu 5 ans pour réunir 2 millions d'euros auprès d'une dizaine d'organismes et se procurer un équipement indispensable. Le problème est d’autant plus aigu que l’Agence nationale de la recherche (ANR) est peu dotée. La future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) doit apporter des solutions. Elle prévoit notamment d’augmenter le budget de la recherche publique de 15 à 20 milliards d’euros d’ici à 2030.

Challenges, 25/06 – Temps de lecture : 3 min

 

 

 

Démissions groupées à l’Université

Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 25/06 – 3 min

 

Coronavirus. Des chercheurs de Limoges démontrent que le Covid-19 a un lourd impact sur les défenses immunitaires

Robin Jeannet

Ouest-France.fr, 24/06 – 2 min

CNRS, 18/06

 

Coronavirus : certains tests PCR bientôt périmés en raison de leur sous-utilisation

Etienne Decroly

Lci.fr, 24/06 – 3 min

 

Covid-19 : « une carte dynamique et interactive des essais cliniques »

Pierre Zweigenbaum

Nextinpact.com, 24/06 – 1 min

 

La pollution numérique a-t-elle augmenté durant le confinement ?

Laurent Lefèvre

Franceinter.fr, 24/06 – 17 min

 

Voyage chez les pionniers du 100 % télétravail

Maxime Quijoux

L’Express, 25/06 – 9 min

 

A Paris, un scrutin local à portée nationale

Bruno Cautrès

La Croix, 25/06 – 3 min

 

Des microplastiques retrouvés dans l'un des écosystèmes les plus reculés du globe

Jean-François Ghiglione

Lefigaro.fr, 24/06 – 2 min

 

« Entendre le théâtre » ou comment la radio a mis le feu aux planches

Telerama.fr, 24/06 – 16 min

 

Les aires marines protégées : le mirage de la préservation des océans

Joachim Claudet

Reporterre.net, 25/06 – 10 min

 

 

 

 

 

 

LA VIE DU CNRS

 

 

L’écosystème start-up français se met en place

Lancer une start-up dans la deeptech nécessite du temps et de lourds investissements, observent Les Echos, qui citent en exemple la jeune start-up Alice & Bob. Celle-ci a annoncé fin mai une levée de fonds de 3 millions d'euros pour développer un ordinateur quantique universel sans erreur. Jules Meunier, directeur de la division start-up au CNRS Innovation, note un regain d’intérêt des investisseurs privés. Jusque-là, en France, l'essentiel des aides et financements venait du public. Pour sa part, le CNRS accompagne les chercheurs entrepreneurs au sein de sa filiale CNRS Innovation. L'organisme a créé un programme dédié à la deeptech baptisé « Rise », qui suit 30 à 50 start-up par an. « On n'apporte pas vraiment de cash », mais « on prend un faible pourcentage de la boîte » et ces start-up, créées à partir de travaux de recherche, « paient au CNRS une redevance à la propriété intellectuelle », explique Jules Meunier.

Lesechos.fr, 24/06 – 4 min

 

 

 

ACTUALITE DES LABORATOIRES

 

 

VIH : découverte sur la différence d’immunité entre les hommes et les femmes

Une étude publiée le 18 juin dans la revue JCI Insight met en évidence un mécanisme génétique responsable d’un biais de sexe dans la réponse immunitaire innée et le contrôle de la charge virale aux premiers mois de l’infection par le VIH. Jusqu’à présent, les scientifiques pensaient que la production accrue d’interférons chez les femmes était responsable de leur meilleur contrôle de l’infection. Mais des chercheurs ont découvert que les femmes porteuses d’au moins un allèle T étaient mieux protégées de l’infection par le VIH, contrairement aux hommes. « Quand elles ont moins de récepteurs TLR7, elles sont plus protégées. Ce n’est donc pas lié à la meilleure capacité des cellules baptisées pDC de femmes à produire des interférons », conclut le chercheur Jean-Charles Guéry.

20minutes.fr, 24/06 – 4 min

CNRS, 18/06

 

Décryptage de la proposition d’une limitation à 110 km/h sur autoroute

La Convention citoyenne pour le climat suggère de réduire la vitesse maximale autorisée sur les autoroutes de 130 à 110 km/h pour réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre sur ces axes routiers – une affirmation contestée notamment par l'association « 40 millions d'automobilistes ». Le Figaro et France Info examinent la question et citent le chercheur Pierre-Yves Péguy. « Plus un véhicule roule vite, plus il consomme de carburant et plus la quantité de CO2 relâchée dans l'atmosphère est importante », confirme-t-il. Mais l’analyse de la Convention citoyenne est « partielle ». « Pour que le bilan global de cette mesure soit favorable, il faudrait en fait revoir le prix du carbone à la hausse : c'est la seule manière de faire changer les comportements », ajoute-t-il.

Lefigaro.fr, 24/06 – 3 min

Francetvinfo.fr, 24/06 – 7 min

 

« Pas envie ce soir »

Dans un entretien, le sociologue Jean-Claude Kaufmann, auteur de « Pas envie ce soir », évoque le décalage de désir entre les sexes et les mécanismes de consentement au sein du couple. « Il faut une éducation au consentement et dans les manières de consentir (…) Dans ce chemin, MeToo est une référence essentielle qui a déjà des effets chez les jeunes dans la formation des couples », déclare-t-il.

L’Humanité Dimanche, 25/06 – 6 min

 

Yémen : une « guerre sans fin »

Des drones et des missiles de la rébellion houthiste au Yémen ont été tirés, mardi, vers l’Arabie saoudite, à la tête de la coalition arabe pro-gouvernement yéménite. Après plus de cinq années de combats, une issue à cette guerre semble de plus en plus incertaine. « C’est une guerre sans fin », déplore le politologue François Frison-Roche. Selon le chercheur, le conflit ne s’éteindra pas « tant qu’aucun des camps ne prendra de décision forte pour la mise au pas des milices » et ne respectera ses engagements.

La Croix, 25/06 – 3 min

 

 

 

 

 

Cette synthèse de presse résume des articles mentionnant des chercheurs ou des laboratoires du CNRS et elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue du CNRS.

Les articles ne peuvent être fournis pour raison de droits d’auteurs.

Ni Kantar ni le CNRS ne sauraient être tenus pour responsables de l’exactitude, de la qualité, de la précision et de la tonalité des informations et des commentaires présentés. L’ensemble du contenu de la synthèse de presse est la propriété exclusive du CNRS. Toute diffusion externe au CNRS sous quelque forme que ce soit est soumise à autorisation de la part du CNRS.

 

Pour vous abonner ou vous désabonner.

(Authentification Janus requise)

 

 

 

 

Kantar Disclaimer