Fwd: [CNRS Presse] CNRS : Synthèse de presse – 25 mars 2020


ACTUALITE DES LABORATOIRES

ET AUSSI…

 

 

Coronavirus : lancement du Care, chloroquine, crise économique et respect du confinement

Emmanuel Macron a installé mardi, à l'Elysée, le Comité analyse recherche et expertise (Care), qui réunit douze chercheurs et médecins pour conseiller le gouvernement sur les traitements et les tests liés au Covid-19. Le Care complètera les structures déjà mises en place pour aider l'exécutif à gérer la crise, notamment le conseil scientifique. Plusieurs médias, dont le Bulletin Quotidien, CNews, BFM et 20 Minutes, présentent les membres du Care, parmi lesquels figurent deux chercheurs du CNRS : Franck Molina, spécialiste des technologies de diagnostic et des anticorps monoclaux et Sylviane Muller, immunologiste. Franck Molina était l’un des invités, mardi, de l’émission « Tonight Bruce Infos » sur BFMTV.

Les médias s’intéressent également à l’infectiologue Didier Raoult, qui défend l’utilisation de la chloroquine pour sortir de la crise du coronavirus. Le Point se penche en détail sur cette piste à explorer et cite l’avis du chercheur Bruno Canard. Ce dernier explique que, sur des cellules mises au contact du SARS-CoV-2 en laboratoire, la chloroquine empêche l’acidification, laquelle permet le processus de fusion utilisé par le virus pour entrer dans la cellule. En revanche, la chloroquine ne s’est pas avérée d’une efficacité « phénoménale » sur des malades de la dengue, du zika ou du chikungunya, mais cela ne veut pas dire qu’elle ne le sera pas sur ce virus, indique Bruno Canard. Le Point cite également l’avis de Jean-Michel Claverie, qui rappelle que Didier Raoult, bien que parfois contesté, « a démontré à plusieurs reprises une grande intuition scientifique ».

Libération informe que l’atteinte du pic épidémique ne signifie pas que l’épidémie est terminée. En fait, cela permet seulement de se prémunir contre une nouvelle vague d’épidémie grâce à « l’acquisition d’une immunité de groupe », explique Samuel Alizon.

Dans Challenges, l’économiste Elie Cohen décrypte l'ampleur du choc, sur l’économie, de la crise sanitaire liée au Covid-19. Contrairement aux crises de 1929 et 2008, qui sont nées d’un excès de crédit, la crise actuelle provient de l’arrêt de l’économie réelle. « L'impact risque d'être plus important. Mais il est totalement imprévisible car la durée de la crise est liée à des paramètres épidémiologiques », déclare-t-il. Elie Cohen évalue les moyens massifs mis en œuvre par les Etats et les institutions européennes, puis détaille les différents scénarios possibles de sortie de crise.

Marianne a interviewé Sebastian Roché, spécialiste de la police, à propos de la difficulté de faire appliquer les mesures de confinement prises par le gouvernement. L’expert constate que « le niveau de confiance » dans la police est actuellement faible. Mais « il y a eu beaucoup d'auto-discipline dans un délai bref (…) Dans la durée, l'enjeu restera l'explication et la confiance ». « Les gens adaptent leur comportement aux finalités qu'ils perçoivent : ils adhèrent quand ils croient que c'est une bonne chose. Le message passerait sans doute mieux si les médecins s'adressaient plus à la population que les ministres », estime-t-il.

Le Figaro publie un entretien avec Frédéric Keck, chercheur en anthropologie sociale, qui analyse les motivations donnant naissance aux théories du complot sur la création de virus par des laboratoires. L’expert explique qu’il est « plus facile de penser que [le nouveau coronavirus] a été fabriqué par des humains dans le but de susciter la peur et de vendre des antiviraux ou des masques ». En Europe, par exemple, « la théorie du complot vise surtout les industries pharmaceutiques ». Pourtant, il est plus difficile de fabriquer et de diffuser un nouveau virus que de laisser la nature produire des virus « par des mécanismes aléatoires de mutation et de sélection », indique Frédéric Keck.

Le Canard Enchaîné revient pour sa part sur les avertissements donnés par Bruno Canard ces dernières années concernant l’impréparation de la France et de l’Europe face au risque de pandémie due à un coronavirus.

Enfin,

Bulletin Quotidien, 25/03 – Temps de lecture : 4 min

Cnews.fr, 24/03 – 2 min

Bfmtv.com, 24/03

20minutes.fr, 24/03 – 3 min

Bfmtv.com, 24/03 – 179 min

Lepoint.fr, 24/03 – 18 min

Challenges.fr, 25/03 – 5 min

Le Figaro, 25/03 – 3 min

Liberation.fr, 24/03 – 7 min

Marianne.net, 24/03 – 4 min

Le Canard Enchaîné, 25/03 – 2 min

 

Des chercheurs au ralenti

Avec les mesures de confinement décidées par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19, les chercheurs ont dû quitter leurs laboratoires et mettre leurs expériences en suspens. Le Monde s’intéresse aux travaux d’Audrey Dussutour, spécialiste des fourmis et des blobs. Les souris et les insectes de l’animalerie continuent d’être nourris deux fois par semaine, mais la chercheuse a dû rapatrier chez elle des souches de blobs sur lesquelles elle conduit ses expériences. Elle déclare être embêtée pour les étudiants de son équipe, « qui vont devoir reprendre leurs manips de zéro », sans que l’on sache quand. En revanche, le détecteur d'ondes gravitationnelles franco-italien Virgo continue à fonctionner. « Mais en salle de contrôle, l'accès est restreint », souligne Nicolas Arnaud, responsable de la qualité des données sur Virgo, qui travaille depuis la France, où il est confiné.

Le Monde, 25/03 – 7 min

 

 

Le virus du politiquement correct

Jean-Baptiste Fressoz

Lemonde.fr, 25/03 – 3 min

 

Epidémies : aplatir les exponentielles

Etienne Ghys

Le Monde, 25/03 – 3 min

 

Intelligence artificielle : « Ne nous laissons pas manipuler par les objets »

Laurence Devillers

Capital.fr, 24/03 – 5 min

 

Au Moyen-Orient, des conflits toujours actifs

François Frison-Roche

La Croix, 25/03 – 4 min

 

« Pièces à conviction » : ces agriculteurs qui osent changer de modèle

La-croix.com, 25/03 – 2 min

 

Que devient le cerveau de la chenille qui se transforme en papillon ?

Claudio Lazzari

Science & Vie, 01/04 – 1 min

 

Mémorise-t-on mieux les chiffres ou les mots ?

Patrick Lemaire

Science & Vie, 01/04 – 1 min

 

La Terre peut-elle abriter tous les éléments chimiques imaginables ?

Julien Piot

Science & Vie, 01/04 – 1 min

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette synthèse de presse résume des articles mentionnant des chercheurs ou des laboratoires du CNRS et elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue du CNRS.

Les articles ne peuvent être fournis pour raison de droits d’auteurs.

Ni Kantar ni le CNRS ne sauraient être tenus pour responsables de l’exactitude, de la qualité, de la précision et de la tonalité des informations et des commentaires présentés. L’ensemble du contenu de la synthèse de presse est la propriété exclusive du CNRS. Toute diffusion externe au CNRS sous quelque forme que ce soit est soumise à autorisation de la part du CNRS.

 

Pour vous abonner ou vous désabonner.

(Authentification Janus requise)

 

 

 

Kantar Disclaimer