Fwd: [CNRS Presse] CNRS : Synthèse de presse – 26 mars 2020


 

VIE DU CNRS

ET AUSSI…

 

 

Le CNRS met en relation entreprises et chercheurs

Les Echos consacrent un article au service « Trouverunexpert.cnrs.fr », ouvert le 16 janvier par le CNRS. Edith Wilmart, directrice de CNRS Formation Entreprises, explique que ce service a été créé parce que les entreprises rencontrées sur les salons professionnels demandaient régulièrement quelle était « la bonne porte d'entrée pour bénéficier du savoir-faire du CNRS ». L’avantage est que « nous sommes nous-mêmes chercheurs » et que « nous pouvons préciser [les] requêtes (…) et les reformuler dans le langage des quelque 100 000 chercheurs travaillant dans les unités dont le CNRS exerce la tutelle », ajoute-t-elle. 55 demandes ont déjà été reçues. La moitié provient de PME, un quart de grands groupes et un peu moins de 15 % de start-ups.

Les Echos, 26/03 – Temps de lecture : 2 min

 

 

 

Coronavirus en Haute-Garonne : déjà plus de 140 000 masques collectés pour les soignants, avec des donateurs parfois surprenants

20minutes.fr, 25/03 – 3 min

 

Coronavirus : et vous, quel est votre profil psychologique face à la crise ?

Bruno Cautrès

Atlantico.fr, 25/03 – 10 min

 

La tête dans les étoiles, un chercheur donne ses conseils pour mieux vivre le confinement

Arnaud Rey

Ledauphine.com, 25/03 – 3 min

 

Coronavirus : « Nous assistons à une véritable faillite de notre démocratie sanitaire »

Nicolas Henckes

Lemonde.fr, 26/03 – 4 min

 

Macron et le mirage de l'Etat social

Jean-Claude Monod

Libération, 26/03 – 5 min

 

Le Sras, 11 Septembre asiatique

Frédéric Keck

Libération, 26/03 – 4 min

 

Aux travailleurs invisibles, l'humanité reconnaissante

Clyde Plumauzille

Libération, 26/03 – 4 min

 

Réduire les déplacements : un impact fort au début de l'épidémie

Simon Alizon

Franceinter.fr, 26/03 – 3 min

 

Cette crise sanitaire qu’on a vu venir... les bras croisés

Pascal Marichalar

L’Opinion, 26/03 – 4 min

 

Tchad : l'armée tchadienne ébranlée par la mort d'une centaine d'hommes

Vincent Foucher

Liberation.fr, 25/03 – 4 min

 

Pourquoi les écrans vidéo publicitaires posent problème

Mehdi Khamassi

Europe1.fr, 25/03 – 90 min

 

Solutré : une dent de mammouth en 3D comme vous ne l'avez jamais vue

Héloïse Schomas

Lejsl.com, 25/03 – 1 min

 

 

DANS LA PRESSE PRO

 

Enjeux en réanimation. L’Observatoire « Covid-19 éthique » apporte son aide

Frédérique Leichter-Flack

Le Quotidien du Médecin, 24/03 – 2 min

 

 

 

ACTUALITE DES LABORATOIRES

 

 

Coronavirus : le point sur les tests de dépistage, précisions sur le Care et débat sur la chloroquine

Alors que l’OMS a recommandé un dépistage massif des personnes infectées au nouveau coronavirus pour réussir à stopper l’épidémie, Le Monde a tenté d’identifier les raisons pour lesquelles la France ne dépiste que les cas sévères et les publics considérés prioritaires. L’un des freins à une montée en puissance réside dans le manque de réactifs. Le quotidien indique notamment que les directeurs des cinq organismes de recherche publique français, dont le CNRS, auraient, de leur propre initiative, adressé un courriel à leurs équipes demandant de recenser les moyens matériels et humains susceptibles d’être mis à disposition pour réaliser ces tests.

Créé mardi par le président Emmanuel Macron, le Comité analyse, recherche et expertise (Care) est chargé de conseiller le gouvernement sur les traitements et les tests liés au Covid-19, indiquent à leur tour France Info et 20 Minutes. Cet organe doit être plus opérationnel que le Conseil scientifique déjà créé. Il couvre « les thérapies, les diagnostics et, sur une autre échelle de temps, les futurs vaccins », détaille Franck Molina, l’un des deux chercheurs du CNRS membres du Care, avec Sylviane Muller. « Notre rôle n’est pas de dire ce qu’il faut faire, c’est de dire ce qui peut être fait, avec les risques et les inconvénients que cela comporte », ajoute Franck Molina.

Le Monde et Le Huffington Post se penchent sur la question d’un éventuel recours massif à la chloroquine, qui semblerait efficace contre le nouveau coronavirus Sars-Cov2, mais qui n’a pas fait l’objet de suffisamment d’études. La communauté scientifique est divisée. L’avantage est qu’il s’agit d’un composé déjà autorisé et que l’on connaît donc « les doses de toxicité et la sécurité du produit », explique Etienne Decroly. Mais il « est risqué de faire croire à la population que l’on a réglé le problème du coronavirus car il n’est pas impossible que l’utilisation de la chloroquine soit finalement décevante ».

De son côté, Aujourd’hui en France observe que certaines régions en France semblent épargnées par l’épidémie. Il y aura « dans chacune une évolution exponentielle » du nombre de malades, « mais le pic sera moins haut dans celles où on partait de plus bas », explique Jean-Stéphane Dhersin, spécialiste de la modélisation des épidémies.

Le journal 20 Minutes s’intéresse pour sa part à une étude italienne selon laquelle la diffusion du coronavirus dans les régions de la plaine du Pô semble avoir été favorisée par « un agent porteur ». Il est supposé que les particules fines en suspension dans l’atmosphère de cette région très polluée aient pu contribuer à l’accélération de l’épidémie en Italie du nord. Alors que le Covid-19 est jusque-là considéré comme un virus respiratoire qui se propage par contact entre personnes, cette étude fait débat au sein de la communauté scientifique, souligne le chercheur Jean-Baptiste Renard.

Concernant l’impact de la crise sanitaire sur l’économie, La Croix s’interroge sur la possibilité que l’interventionnisme des Etats soit maintenu durablement. Plusieurs facteurs semblent en effet plaider pour une nouvelle donne. En France, ce sont notamment la montée du souci environnemental, la réflexion sur les limites de la mondialisation et les gilets jaunes, indique Elie Cohen. L’Express note que le ministre de l’Economie Bruno Le Maire consulte régulièrement une task force, à laquelle appartient l’économiste français. Sur RFI, Cédric Dur est invité à répondre à la question : la crise va-t-elle bouleverser le système politique et économique ?

A l’échelle européenne, les 27 doivent s’accorder, ce jeudi, sur la réponse à adopter face à la crise, indique La Croix. « Ce n’est pas le moment de baisser les bras, cela pourrait être la crise de trop si nous n’arrivons pas à faire vivre la notion de solidarité inscrite dans les traités », estime Virginie Guiraudon, experte des mobilisations transnationales. Romain Pasquier, revient sur l’annonce, par la BCE, de 750 milliards d’euros de rachats de dette publique et privée d’ici à la fin de l’année, ce qui aidera les pays comme l’Italie, dont les emprunts seront garantis.

Enfin, sur France Culture, Jean-Gabriel Ganascia, spécialiste de l’intelligence artificielle, estime qu’il faut se saisir des opportunités offertes par l’intelligence artificielle pour gérer au mieux cette crise, mais qu’il faut aussi garantir que les dispositifs exceptionnels et parfois privatifs de liberté soient supprimés une fois la crise terminée.

Le Monde, 26/03 – 8 min

Francetvinfo.fr, 25/03 – 5 min

20minutes.fr, 25/03 – 5 min

Le Monde, 26/03 – 9 min

Huffingtonpost.fr, 25/03 – 5 min

Aujourd’hui en France, 26/03 – 2 min

20minutes.fr, 25/03 – 7 min

La Croix, 26/03 – 7 min

Lexpress.fr, 25/03 – 5 min

Rfi.fr, 25/03 – 20 min

La Croix, 26/03 – 4 min

Franceculture.fr, 25/03 – 9 min

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette synthèse de presse résume des articles mentionnant des chercheurs ou des laboratoires du CNRS et elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue du CNRS.

Les articles ne peuvent être fournis pour raison de droits d’auteurs.

Ni Kantar ni le CNRS ne sauraient être tenus pour responsables de l’exactitude, de la qualité, de la précision et de la tonalité des informations et des commentaires présentés. L’ensemble du contenu de la synthèse de presse est la propriété exclusive du CNRS. Toute diffusion externe au CNRS sous quelque forme que ce soit est soumise à autorisation de la part du CNRS.

 

Pour vous abonner ou vous désabonner.

(Authentification Janus requise)

 

 

 

 

Kantar Disclaimer