Fwd: [CNRS Presse] CNRS : Synthèse de presse – 7 avril 2021

 

ACTUALITE DES LABORATOIRES

ET AUSSI…

 

 

Covid-19 : mode de transmission, origine du virus, acceptabilité des mesures sanitaires, épargne

Plus d’un an après l’émergence du SARS-CoV-2, France Info résume ce que l'on sait et ce que l'on ne sait toujours pas du nouveau coronavirus. Concernant le mode de transmission, on sait désormais que la contamination passe essentiellement par les postillons et les aérosols et qu’elle peut « avoir lieu à des distances plus grandes qu'un ou deux mètres et sur des temps plus longs que ce qu'on croyait au début », déclare Simon Mendez. « On sait aussi qu'il y a de grandes variations d'un moment à l'autre, suivant le stade de la maladie, et d'une personne à l'autre. » S’agissant de l’origine du virus, l’enquête menée en janvier à Wuhan (Chine) par des experts de l'OMS n'a pas apporté d’explications. Malgré les investigations, « aucune évidence scientifique ne permet de tirer une conclusion parmi les différentes hypothèses proposées », déplore Etienne Decroly. Or, « si on n'identifie pas les mécanismes sous-jacents à la naissance de l'épidémie de SARS-CoV-2, on prend le risque de rejouer des situations épidémiques similaires dans les prochaines années », prévient-il.

Interviewée par Lyon Capitale et par Le Progrès, Marie-Claire Villeval revient sur la notion d'« acceptabilité » de la population face aux mesures prises par le gouvernement pour lutter contre l'épidémie. Les sondages récents montrent que la grande majorité de la population comprend « la légitimité des mesures de confinement imposées par la crise sanitaire, mais, en même temps, la même majorité se déclare prête à ne pas les suivre strictement ». « Avec le temps, il apparaît une usure : on est de moins en moins prêt à coopérer », observe l’économiste. Dans ce contexte, le gouvernement doit « prendre des mesures fermes », mais aussi « marteler des messages pédagogiques de santé publique et de responsabilité des citoyens pour faire accepter les contraintes et éviter d'avoir un rejet de front de la population ».

De son côté, Le Parisien rapporte que la baisse de la consommation due aux restrictions sanitaires génère un surplus d’épargne chez les Français, qui devrait atteindre un pic de 165 milliards d’euros fin 2021. 70 % de cette épargne provient des 20 % des ménages les plus aisés, ces derniers ayant « une capacité d’épargne plus élevée », explique Anne-Laure Delatte. Une partie de cette épargne « sera consacrée à la consommation et une autre pourrait être fléchée vers l’investissement productif, notamment vers la transition écologique, grâce à des mesures incitatives du gouvernement », détaille l’experte.

Francetvinfo.fr, 07/04 – Temps de lecture : 10 min

Lyoncapitale.fr, 06/04 – 7 min

Le Progrès, 07/04 – 5 min

Leparisien.fr, 06/04 – 6 min

 

La France 4ème pays « le plus vert » au monde ?

Selon le Green Future Index du Massachussetts Institute of Technology, la France est le quatrième pays le plus engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique, parmi 76 pays étudiés. Le gouvernement français s’est félicité de ce classement. Mais alors que l’Hexagone vient d’être condamné par le tribunal administratif de Paris pour la « carence » de son action face au réchauffement climatique, beaucoup s’interrogent sur la pertinence de l’évaluation du MIT. Par exemple, les émissions issues de la production sont prises en compte, mais pas celles provenant de la consommation, relève Frédéric Ghersi. De plus, il s’agit d’un indicateur qui repose sur cinq familles de paramètres quantitatifs et qualitatifs. « C’est un reproche qu’on fait toujours aux indicateurs agrégés : ils mélangent un peu les choux et les carottes », ajoute Patrick Criqui.

Huffingtonpost.fr, 06/04 – 7 min

 

 

 

Ma thèse en 180 secondes : les 16 finalistes s’affronteront le 10 juin

Nextinpact.com, 06/04 – 1 min

Midi Libre, 07/04 – 1 min

CNRS, 02/04

 

Alsace-Moselle : 52 % des sondés contre le Concordat selon l'IFOP

Francis Messner

France 3 Régions, 06/04 – 3 min

 

Lyon vs Saint-Étienne, petits tacles entre voisins

Hervé Joly

Franceculture.fr, 07/04 – 52 min

 

« Je suis une célébrité, sortez-moi de la... prison ! »

Cédric Passard

Europe1.fr, 06/04 – 80 min

 

Emirats arabes unis : entre cosmopolitisme et ségrégation

Tristan Bruslé

Franceculture.fr, 06/04 – 58 min

 

Terre primitive : chaud bouillant

Jean-Pierre Lorand

Franceculture.fr, 06/04 – 58 min

 

Quels droits pour les travailleurs des plateformes numériques ?

Michel Miné

La Tribune, 07/04 – 6 min

 

Le Millavois Rémi Boutonnet : « Je me vois davantage comme un explorateur »

Midilibre.com, 06/04 – 3 min

 

 

DANS LA PRESSE PRO

 

L’Institut Universitaire Européen de la Mer structure son axe polaire

Meretmarine.com, 06/04 – 2 min

 

 

 

INNOVATION

 

 

Urgo : le programme Genesis salué par l’Elysée

L’entreprise Urgo lance le projet de recherche Genesis, visant à créer une peau artificielle capable de soigner les plaies sévères, comme les brûlures graves. Au sein d'un partenariat public-privé, cinq partenaires – Urgo, le laboratoire de l'AFM-Téléthon, l'Établissement français du sang, Dassault Systèmes et le Laboratoire de biologie tissulaire et ingénierie thérapeutique de l’université Claude Bernard Lyon 1 et du CNRS – apportent compétences et participation financière. De plus, Bpifrance apportera 22,8 millions d'euros. La taille globale du projet atteint 100 millions d'euros. « Notre souveraineté sanitaire passe par nos entreprises innovantes, a twitté le président de la République Emmanuel Macron. Le Groupe Urgo en est la preuve avec Genesis, projet de recherche pour une première mondiale : créer de la peau artificielle avec le soutien de l’État à hauteur de 22,8 millions d’euros. Une grande fierté ! ».

Capital.fr, 06/04 – 2 min

Lefigaro.fr, 06/04 – 2 min

L’Agefi, 07/04 – 1 min

Bfmtv.com, 07/04 – 2 min

Bienpublic.com, 07/04 – 3 min

La Correspondance économique, 07/04 – 1 min

 

 

 

 

 

Cette synthèse de presse résume des articles mentionnant des chercheurs ou des laboratoires du CNRS et elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue du CNRS.

Les articles ne peuvent être fournis pour raison de droits d’auteurs.

Ni Kantar ni le CNRS ne sauraient être tenus pour responsables de l’exactitude, de la qualité, de la précision et de la tonalité des informations et des commentaires présentés. L’ensemble du contenu de la synthèse de presse est la propriété exclusive du CNRS. Toute diffusion externe au CNRS sous quelque forme que ce soit est soumise à autorisation de la part du CNRS.

 

Pour vous abonner ou vous désabonner.

(Authentification Janus requise)

 

 

 

 

Kantar Disclaimer