Fwd: [CNRS Presse] Synthèse de presse – 6 juillet 2020

POLITIQUE DE LA RECHERCHE

ET AUSSI…

 

 

L’open access a un coût

La science ouverte progresse. En France, la loi République Numérique votée en 2016 a autorisé, sans contrainte, les chercheurs à publier leurs articles après 6 mois (12 mois pour les sciences humaines et sociales). Un plan du gouvernement a ensuite été lancé en 2018 pour atteindre 100 % de publications scientifiques en accès ouvert. Pour sa part, le CNRS s'est fixé l'objectif très ambitieux d'atteindre ces 100 % cette année, contre 50 % en 2019. Toutefois, selon Next Inpact, les grands éditeurs scientifiques n'ont pas cédé à n'importe quel prix. Ils ont augmenté les prix des abonnements à leurs revues et ont imposé des frais de traitement des articles en accès ouvert.

Nextinpact.com, 03/07 – Temps de lecture : 7 min

 

 

 

Retraites, « gilets jaunes », Covid-19 : le parcours tumultueux de Philippe à Matignon

Bruno Cautrès

La Tribune, 04/07 – 5 min

La Nouvelle République du Centre, 04/07 – 5 min

 

Peut-on se fier aux économistes ?

Edouard Challe

La-croix.com, 03/07 – 5 min

 

Quel monde d’après ?

Anne-Laure Delatte

Bfmtv.com, 03/07 – 50 min

 

Municipales : la représentation des femmes et des minorités progresse lentement

Julien Talpin, Sébastien Michon

Mediapart.fr, 05/07 – 10 min

 

La rue, théâtre immuable de la contestation

Julien Talpin

Letemps.ch, 05/07 – 6 min

 

Retour des incendies en Amazonie

François-Michel Le Tourneau

La-croix.com, 03/07 – 2 min

 

En Inde, Modi impose son idéologie à l'armée

Christophe Jaffrelot

Le Monde, 05/07 – 5 min

 

Un sparadrap double-face pour réparer les blessures internes

Ludwik Leibler

Futura-sciences.com, 03/07 – 5 min

 

La pollution aux microplastiques affecte aussi les écosystèmes terrestres

Jean-François Ghiglione

Lemonde.fr, 06/07 – 4 min

 

Transition énergétique : le futur va-t-il carburer à l'hydrogène ?

Daniel Hissel

Francetvinfo.fr, 05/07 – 6 min

 

Comment parler du cerveau aux enfants ?

Olivier Houdé

Franceinter.fr, 04/07 – 4 min

 

Fabrice Amedeo, un skipper du Vendée Globe au service de la science

Sciencesetavenir.fr, 03/07 – 8 min

 

Buveurs de lait et mangeurs de viande au néolithique

Gregor Marchand

Sciencesetavenir.fr, 05/07 – 2 min

 

Moulis. Le calotriton des Pyrénées entre les mains du CNRS

Hugo Le Chevalier

Ladepeche.fr, 04/07 – 3 min

 

L'intensification de l'agriculture, principale cause de la pollution de la Loue selon des chercheurs bisontins

Francebleu.fr, 06/07 – 2 min

 

Les bons gestes pour un été sans moustiques, guêpes, tiques… ni insecticide

Audrey Dussutour

Lemonde.fr, 05/07 – 8 min

 

 

 

ACTUALITE DES LABORATOIRES

 

 

Covid-19 : surveillance de l’épidémie, peur du déconfinement, anosmie, confinement et animaux

La Recherche publie un entretien avec le microbiologiste Christophe Gantzer, qui, depuis mars dernier, surveille la présence du virus SARS-CoV-2 dans les eaux polluées et participe au projet Obépine de mise en place d’un réseau de surveillance à l’échelle nationale. « L'idée de ce projet est que la surveillance du SARS-CoV-2 dans les eaux polluées constituerait un indicateur pertinent en complément des données épidémiologiques actuelles classiques, comme le nombre de diagnostics positifs par exemple », explique-t-il.

Dans un article publié par Valeurs Actuelles, l’infectiologue Hervé Fleury s’interroge sur l’état de préparation de la France en cas de seconde vague épidémique à l’automne. Il recommande notamment le port du masque, le maintien des mesures de distanciation sociale, la vaccination contre la grippe pour éviter les co-infections, ainsi que la sécurisation des stocks des tests de diagnostic.

Le Monde s’intéresse pour sa part aux personnes chez qui le déconfinement est une source d’anxiété. Le quotidien cite Virginie Tournay, qui explique que « l’amélioration de l’espérance de vie et de sa qualité fait que l’on n’accepte plus le moindre aléa (…) Le tout est de trouver la limite entre doute raisonnable et risque inacceptable ».

Sciences et Avenir reprend une dépêche de l’AFP à propos de l’un des symptômes du Covid-19 : la perte de l'odorat, ou anosmie. Avec l’aide du chercheur Hirac Gurden, l'association « Anosmie.org » a mis à disposition sur son site un protocole de rééducation olfactive à base d'huiles essentielles diluées.

De son côté, Le Figaro rapporte que des scientifiques du monde entier ont décidé de rassembler leurs données captées durant le confinement par leurs appareils de mesure fixés sur les animaux. « Ces circonstances exceptionnelles nous donnent, pour la première fois, la possibilité de mesurer à une très large échelle l'impact des déplacements humains sur la nature », déclare le chercheur Yan Ropert-Coudert.

Enfin, National Geographic observe que la crise sanitaire a renforcé la démocratisation de la parole scientifique. « Avec tous les réseaux sociaux et les médias, il y a une assez grande présence du discours scientifique sur différents sujets. Ce qui peut être problématique, c'est la présence de discours très différents. La difficulté est de savoir comment aider les citoyens à se faire une idée de la qualité et la valeur des discours qui sont tenus », souligne le chercheur Olivier Borraz.

La Recherche, 01/07 – 6 min

Valeursactuelles.com, 05/07 – 5 min

Le Monde, 05/07 – 8 min

Sciencesetavenir.fr, 04/07 – 3 min

Le Figaro, 04/07 – 3 min

Nationalgeographic.fr, 03/07 – 1 min

 

Pour un « Bercy de la santé »

Télérama publie un entretien avec le sociologue Pierre-André Juven à propos des négociations dites « Ségur de la santé », qui ont été menées entre le gouvernement et les acteurs de la santé du 25 mai à début juillet. Le spécialiste des politiques de santé rappelle que, « outre un calendrier très serré, le Ségur s'inscrit dans une contradiction féroce : on parle de revaloriser les salaires et de repenser le système, alors qu'il faut aussi contenir la dette et les dépenses ». Par conséquent, « il faudrait un Bercy de la santé, car la question budgétaire est centrale », déclare-t-il.

Telerama.fr, 03/07 – 5 min

 

Evaluation des propositions de la Convention citoyenne pour le climat

Sur la plateforme Voterpourleclimat.fr., chacune des propositions de la Convention citoyenne pour le climat peut être évaluée en un clic selon six niveaux d'appréciation, de « Excellent » à « Pas d'avis » en passant par « A rejeter ». Cet outil utilise un mécanisme de scrutin innovant, le jugement majoritaire, qui a été inventé en 2006 par deux chercheurs en mathématique et en informatique afin de pallier les défaillances des systèmes de vote classique.

Sciencesetavenir.fr, 04/07 – 5 min

 

 

 

 

 

 

Cette synthèse de presse résume des articles mentionnant des chercheurs ou des laboratoires du CNRS et elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue du CNRS.

Les articles ne peuvent être fournis pour raison de droits d’auteurs.

Ni Kantar ni le CNRS ne sauraient être tenus pour responsables de l’exactitude, de la qualité, de la précision et de la tonalité des informations et des commentaires présentés. L’ensemble du contenu de la synthèse de presse est la propriété exclusive du CNRS. Toute diffusion externe au CNRS sous quelque forme que ce soit est soumise à autorisation de la part du CNRS.

 

Pour vous abonner ou vous désabonner.

(Authentification Janus requise)

 

 

 

 

Kantar Disclaimer