LeboeufC’est avec beaucoup d’émotion que nous avons appris le décès de Patricio Leboeuf, à l’âge de 56 ans. Depuis presque deux ans, et plus encore ces derniers mois, il impressionnait par sa ténacité et sa combativité face à la maladie.

Après une formation initiale en physique nucléaire, et dès son doctorat soutenu en 1989 à Buenos Aires, Patricio avait rejoint l’Université Paris-Sud : comme enseignant-chercheur contractuel tout d’abord, puis comme chercheur CNRS à partir de 1991. Au sein de la division de Physique Théorique de l’IPN (1989-1997), puis comme membre du Laboratoire de Physique Théorique et Modèles Statistiques depuis 1998, il s’était tout d’abord concentré sur la physique du chaos : par quels mécanismes ce concept purement classique émerge t-il, avec ses lois universelles, à partir d’une description quantique dans la limite appropriée (dite semi-classique) ? Quelles en sont les manifestations purement quantiques ? Ce double questionnement définit le domaine du chaos quantique où il a signé des contributions majeures, ainsi que dans la thématique connexe des matrices aléatoires, sans oublier des incursions remarquées en théorie des nombres. Son activité scientifique s’était ensuite déployée avec la même réussite sur de multiples fronts, des gaz ultra-froids à la matière condensée. Un axe en particulier a pris de l’importance dans son travail depuis les années 2000, celui du transport dans les condensats de Bose-Einstein. Ses travaux ont marqué durablement la communauté, faisant de lui un spécialiste internationalement reconnu. Patricio Leboeuf avait par ailleurs maintenu une activité d’enseignement intense, dans le Master Champ-Particules-Matière, puis au sein de la formation qui allait devenir le Master des Systèmes Complexes.

Depuis une douzaine d’années, Patricio avait endossé des responsabilités de haut niveau dans l’encadrement de la recherche. Ainsi, il avait d’abord été chargé de mission pour la physique théorique au CNRS, puis directeur adjoint du département Mathématiques-Physique-Planètes-Univers, précurseur en particulier de l’INP actuel où il avait occupé la même fonction. Avec sa force de conviction et son énergie habituelles, il avait alors accepté de former le premier noyau de direction de la future Université Paris-Saclay, en charge de la recherche. Depuis 2012, il y a œuvré sans répit. Jusqu’à ces derniers jours.

Chercheur accompli et talentueux, Patricio était un collègue exceptionnel par l’intensité et la qualité de son engagement, sa droiture et sa clairvoyance. Son décès est une perte immense.

Hommage rendu à Patricio durant le congrès général de la Société Française de Physique, le 3 juillet 2017. La conféférence lui a été dédiée.

Hommage rendu à Patricio durant le congrès général de la Société Française de Physique, le 3 juillet 2017. La conférence lui a été dédiée.


  • [English translation follows]
    Je suis profondément bouleversé pour mon ami Patricio et pour sa si attachante famille.
    Nous avons lié connaissance dès ses débuts professionnels, d’abord au semestre de « chaos quantique » (organisé par M. Gutzwiller et E. Heller) à l’ITP de Santa Barbara en 1989, qu’il suivait avec Marcos Saraceno, puis en août de la même année à l’école d’été des Houches (organisée avec Marie-Joya Giannoni). Patricio a souhaité continuer en France, alors dans les mois qui ont suivi nous avons collaboré à Saclay sur les fonctions propres chaotiques (conjecture de l’équidistribution des zéros de Husimi), avec un excellent souvenir à la clé, puis nous avons pris des chemins différents sans avoir pu traiter toutes les questions en suspens ; hélas maintenant Patricio ne sera plus là pour y contribuer. Encore aujourd’hui, ces travaux avec lui font, et feront toujours partie, de mes préférés. C’est dire ses qualités de chercheur et personnelles qu’il manifestait si tôt déjà.
    Je partage totalement ce qui a été déjà exprimé ici, mais ma vision la plus présente est celle d’une loterie macabre et d’une profonde injustice, pour Patricio, et pour Constance, Valentine, Mélanie, Ezéquiel. Pourquoi lui, si solide ? Pourquoi eux, maintenant si courageux dans l’adversité ? Nos pensées (avec ma famille) vont à eux.
    /
    I feel deeply distressed for my friend Patricio and his wonderful family.
    We met early in his career, first at the « quantum chaos » semester (organized by M. Gutzwiller and E. Heller) at ITP, Santa Barbara in 1989, which he attended with Marcos Saraceno, then in August of the same year at the Les Houches summer school (organized with Marie-Joya Giannoni). Patricio wished to continue in France, thus in the following months we collaborated in Saclay on chaotic eigenfunctions (equidistribution conjecture for the Husimi zeros), of which I keep fond memories, then we took different paths without having treated all the pending questions; it is so sad now that Patricio will no longer be here to contribute. Still today, those works done with him are, and will forever remain, among my favorites. That testifies to the qualities he showed so early, both as a reseacher and at a personal level.
    I wholly share all the feelings expressed earlier, but my most recurring vision is one of a gruesome lottery and a deep injustice, for Patricio, and for Constance, Valentine, Mélanie, Ezéquiel. Why him, so sturdy? Why them, now so brave in misfortune? Our deepest thoughts (including my family) to them.

  • I am very sad about Patricio’s untimely death, and I want to convey his family my sincere
    condolences. I have known Patricio as a very dear and open-minded colleague and will keep
    very fond memories of him. My research on quantum chaos and semiclassical methods has been
    positively influenced by him. Some of my latest semiclassical investigations about density
    oscillations (in terms of non-periodic closed orbits) were done in intensive collaboration
    with Jerôme Roccia, who had been Patricio’s PhD student. This work carries therefore fingerprints of Patricio’s mind of research, and I want to dedicate it to his memory.

  • C’est avec une grande surprise et beaucoup de tristesse que la nouvelle du décès de Patricio m’est parvenue. Nos voies se sont éloignées au cours des années de sorte que je n’avais de nouvelles que de façon occasionnelle. Mais il fut toujours, pour moi, un acteur estimé dans le domaine du chaos quantique. Il prit sa part du fardeau des responsabilités dans la gestion de la recherche avec grâce et humour. Il part trop tôt, trop jeune. Avec un autre disparu et ami très cher, Oriol Bohigas, il a produit plusieurs articles qui comptent dans la littérature scientifique.

  • How sad and shocking to lose our friend and talented colleague Patricio, while still in the prime of his life. Our sympathies go to his grieving family.

  • Merci Patricio, pour les moments precieux que j’ai pu partager avec toi! Ton départ bien trop tôt me laisse triste et avec un vide interieur.

  • Au cours d’une vie certains jours sont déterminants. Un de ceux la fut celui où j’ai rencontré Patricio. Alors étudiant en licence de physique à Orsay, il était venu donner un séminaire sur le chaos quantique. Ce jour là, par sa pédagogie légendaire et son enthousiasme, il m’a fait tomber amoureux de ce domaine. Je n’ai alors eu de cesse d’échanger avec lui sur ce sujet et bien d’autres de sorte qu’il est rapidement devenu un mentor.

    Par la suite, une autre date cruciale fut le 11 novembre 2005, jour de mon 22ème anniversaire mais surtout jour où Patricio m’annonçait par email m’avoir choisi parmi les candidats pour faire mon stage de master 2 avec lui, synonyme de poursuite en thèse avec lui.’

    Son impressionnante culture scientifique, sa finesse d’analyse et sa rigueur lui ont rapidement valu le surnom de « maître » au sein des doctorants. Pourtant dès le premier jour il avait insisté sur le fait que je n’étais pas son étudiant mais un collaborateur scientifique. « En effet, tu dois apprendre l’autonomie… » qu’il disait et il avait raison. Je n’aurai pas imaginé être à une meilleure école qu’avec lui et je lui serai éternellement reconnaissant. Il était un modèle de physicien théoricien et ce n’est donc pas un hasard si le CNRS lui a confié les plus hautes responsabilités dans ce domaine.

    Une personne sage m’a un jour dit qu’une thèse ne pouvait pas être une thèse si on ne s’engueulait pas violemment avec son directeur au moins une fois. Avec Patricio j’ai eu le loisir de démontrer le contraire. « En effet », en plus d’être un scientifique brillant, tout le monde s’accorde à dire qu’il était une très belle personne. Tu nous manqueras terriblement!!!!

    Adieu « maître »!

  • La disparition de Patricio est un choc pour nous tous.

    J’ai eu le plaisir et la chance de travailler avec lui pendant 4 ans au département MPPU puis à l’institut de physique du CNRS, de 2008 à fin 2011. Ensembles, nous avons créé le « poste » de directeur adjoint scientifique pour la physique théorique et ses interactions, en charge des laboratoires de la section 2 du comité national et des interfaces (programmes transverses par exemple) et Patricio y a joué un rôle majeur…
    Il avait toutes les compétences professionnelles et humaines pour réussir dans cette mission : scientifique reconnu dans son domaine et ouvert à de nombreuses questions, capacité d’écoute et sens du dialogue et de l’intérêt collectif, esprit de synthèse, capacité de recul, grande droiture et rigueur jamais prise en défaut. Ses avis étaient toujours mesurés et solidement étayés, rendant toujours agréable la prise de décision. Il gardait une curiosité scientifique et un sens de l’humour indispensable pour affronter les moments de forte pression. Sa décontraction naturelle rendait les interactions quotidiennes très agréables… un des piliers du département/institut…
    Je garde un souvenir très fort de ces quelques années passées ensembles au siège du CNRS…
    Merci pour tout ce que tu nous a apporté

  • Patricio a été celui qui m’a initié à la recherche, aux systèmes chaotiques. Il a dirigé mon stage de recherche en licence et m’a attiré sans propagande vers ces sujets de recherche si beaux. Je me souviens d’une de ses expressions: en effet… on peut réfléchir…

    Puis il a été mon professeur de chaos quantique en Master (physique théorique des systèmes complexes). Superbe cours.

    Puis il a été le DAS du CNRS qui m’a embauché. Là aussi, toujours un peu d’humour: Sur les quatre sélectionnés, trois sont italiens. Et toi tu es marié à une italienne…

    Je lui dois énormément. Je suis suis bien triste et je pense fort à sa famille et à ses collègues du LPTMS et du CNRS.

  • Patricio
    tu as été pour moi un collègue puis un chef exceptionnels. Nous avons bien travaillé ensemble..toujours dans la bonne humeur, avec une saine distance envers les dossiers, une vivacité et une gentillesse qui me feront toujours penser à toi avec le sentiment d’avoir croisé une belle personne. Je pense à toi et ta famille. Si tu me lis d’ou tu es…;dis bonjour à Babar..Sofi

  • J’ai croisé pour la première fois Patricio au début des années 90 alors que j’étais un thésard découvrant les subtilités du chaos quantique. Il a toujours depuis été pour moi une figure bienveillante et stimulante. J’ai toujours été admiratif de la finesse de son esprit, sensible à son humour qui pouvait être caustique, et séduit par sa personnalité attachante. Quelle sidération à l’annonce de sa disparition. Je voulais tellement croire qu’il avait gagné son combat contre la maladie qui l’a si cruellement frappé.
    L’intensité du chagrin que sa disparition suscite dans notre communauté montre combien Patricio était tout à la fois un brillant physicien et une belle personne.
    Mes plus vives condoléances à Constanza et à leurs enfants.

  • It is so shocking to learn that Patricio would no more be around to enliven the Orsay
    physics. And that too so soon after Oriol Bohigas going away and just when the prime of
    life started. Was n’t yet the time to go.

    Got to know him first as a fellow researcher working in quantum chaos and later as a collaborator when I spent three months in Orsay. Coming from Asia and being new to West, initially I was quite hesitant in making friends but calm, patient, humorous nature of
    Patricio inspired confidence and I could approach him for all types of chaos.

    Thanks Patricio for all the kindness and patience wherever you are now!

    pragya

  • Avec mon épouse, nous avons rencontré Patricio et Constanza lors des Houches 89. Et depuis, des liens se sont tissés même si les occasions de se retrouver se sont faites plus rares ces dernières années… Nous garderons toujours au cœur le souvenir d’une belle personne, tellement attentive aux autres et si attachante… Nos pensées amicales et nos prières sont pour Constanza, Valentina, Mélanie et Ezequiel.

  • The terrible news of Patricio’s death came as a great shock, and I will always remember him as the interested and talented physicist who brightened my time at Orsay. He always had time to talk science and was a fantastic colleague on both professional and personal levels. He will be missed by everyone, but I offer my condolences especially to his family, in having to bear his loss at such a young age.

  • Philippe Mendels (pour le Labex PALM)

    Nous avons appris avec beaucoup d’émotion la disparition de Patricio. Toujours présent et disponible pour des discussions, des conseils, Patricio suivait avec attention la vie de notre Labex, participait à nos comités de pilotage. Nous l’avions très récemment consulté pour un nouveau projet d’EUR. Nous gardons l’image d’un collègue extrêmement compétent et chaleureux , toujours prêt à apporter son aide constructive. Il laisse un grand vide.

  • Christian Chardonnet

    La disparition brutale de Patricio m’a beaucoup affecté.

    J’avais « recruté » Patricio comme chargé de mission pour la physique théorique avant qu’il ne devienne le premier DAS à part entière de ce secteur au sein de l’INP.
    J’ai donc travaillé pendant près de 4 ans quotidiennement avec lui. Toujours dans la bonne humeur et le bon humour et avec la distance suffisante pour encaisser les soubresauts du métier avec philosophie et, finalement, professionnalisme. Travailler avec Patricio était un vrai plaisir.

    Patricio, tu es parti trop tôt mais tu restes dans nos cœurs.

    La vie est bien injuste.

  • C’est avec une très grande tristesse que j’ai appris la disparition de Patricio. J’ai tellement bénéficié de son aide précieuse quand il occupait ses fonctions de chargé de mission puis de DAS au CNRS. Cela illustre le très grand investissement de Patricio dans les diverses missions qu’il a pleinement assumées.

  • Cristina and I are deeply saddened by the loss of Patricio, who was not only a valuable scientist but also, and more importantly, a virtuous man and a sincere friend. Our thoughts and prayers in this tragic moment are to Costanza and their sons.

  • These are sad news indeed about Patricio’s untimely death. I knew him very well and and when I spent some time ago a month at the LPTMS we worked and published together . I appreciated him tremendously as a physicist and as a dear friend.

    My thoughts are now also with his wife and family.

  • Jean-François Pinton

    J’ai comme tout le monde été foudroyé par la décès de Patricio. Lorsque j’étais directeur de laboratoire, puis au comité national, il a été mon DAS référent. Pour un directeur de labo c’est une personne très importante, un point fixe, un repère. A l’INP j’ai eu le privilège immense de travailler avec lui. Son énergie et sa capacité à trouver des solutions, à faire évoluer le système, étaient remarquable — et toujours avec finesse et humour. Son action aura servi la science de manière majeure, dans son développement disciplinaire comme dans l’ambition collective.

  • C’est avec surprise et tristesse que mon épouse Claude et moi avons appris le décès de Patricio. Je le connaissais comme physicien réputé, même si nos domaines de compétence étaient différents, mais aussi comme proche voisin toujours avenant et gentil. C’est une grande perte pour notre communauté de la Physique théorique. Toutes nos condoléances a sa famille.

  • La disparition de Patricio marque hélas la fin de ce long combat qu’il a mené si courageusement contre la maladie. Comme ses si nombreux amis et collègues, j’étais très heureux de le retrouver enfin ces derniers mois, et je suis profondément attristé par sa disparition. Patricio a porté avec à la fois énormément de tact et de dynamisme la construction de la Direction de la Recherche de l’Université Paris-Saclay, c’était un grand plaisir de travailler à ses côtés et d’interagir avec lui. Ses qualités humaines et scientifiques étaient immenses. Nous voici maintenant dans le deuil de son absence.

  • The loss of Patricio is sad and difficult to bear. I have vivid memories of the young Patricio and his wife from the 1989 Les Houches school. They looked fresh and lovely. Patricio with his charming personality, humor, Argentinian way of telling stories and keen interest in science. Since then, Patricio’s career developed fast, producing interesting and significant results, and paving his way to a deserving place in our community. Such a pity that this talent cannot continue to flourish. Much greater pity for his family. What a sad Loss! My heart-felt condolences to all who loved him.

  • It is hard to imagine that you will not be there when your old friends gather at the next Quantum Chaos conference. I will miss everything about you – the physics, the humor, the portenio. It is not right – you are way too young to be taken away from us.

  • I was shocked to hear the sad news. Patricio was a great scientist, generous with ideas and an efficient collaborator. He was deep thinking on a broad range of physics subjects, and I am indeed very pleased to have known him and to have worked with him.

  • Je suis bouleversé par la nouvelle de la disparition de Patricio. Que ce soit en tant que brillant scientifique ou en tant que manager exemplaire de la science, ou comme personne attachante et juste (dans tous les sens), il nous manquera énormément.
    Mes condoléances à sa famille et ses proches.

  • J’ai commencé à rencontrer Patricio lors des premiers conseils de LabEx, de départements ou Académique. Au fil des réunions, j’ai découvert un homme réfléchi, délicat, modeste et généreux. J’ai été triste quand il a été absent et heureux de le revoir reprendre avec courage les commandes. Je garderai toujours l’image d’un homme remarquable.

  • Patricio, tu etais plus qu’un ami, une sorte d’alter ego. Le temps que nous avons passé ensemble au siege du CNRS nous avait rapproché et j’ai beaucoup puisé dans ta patience envers mes coups « d’eclat », l’ intelligence avec laquelle tu voyais sur notre milieu scientifique , ta finesse sur les points délicats , ton humour toujours….
    Tu me manquais deja quand la vie nous a fait travailler dans des lieux différents, maintenant tu me manques infiniment.

  • Patricio tu étais avec nous pour la première pierre du FLI jeudi dernier, toi qui a été à l’origine du projet de l’INstitut Pascal qui te tenait tant à coeur comme d’ailleurs tout ce que tu portais avec enthousiasme, sincérité et volontarisme.
    Nous étions tous si heureux de te retrouver et admiratifs de ton courage et de ton combat devant la maladie.
    J’ai été effondrée à la nouvelle de ta disparition si brutale comme toute la communauté scientifique.
    NOus porterons tes projets encore plus fort en ta mémoire.

  • Merci à toi Patricio. Merci pour tes travaux, pour ton implication totale, ton soutien, tes conseils. J’étais ému, ravi de ton retour à ton poste en février, impressionné par ta volonté, ta force, ton optimisme, ton courage. Aujourd’hui je suis abasourdi, incrédule. Tu es parti beaucoup trop tôt. Nous, la communauté, nous tous, continuerons ton travail. Que te vaya bien, amigo – pensamos a ti, siempre.

  • Le 24ème congrès général de la Société Française de Physique débute le lundi 3 juillet à Orsay. Au titre d’organisateur de ce congrès, je le dédie à la mémoire de Patricio Leboeuf.
    O.D.

Leave a Reply